CE QU’EST VIRTUEL ET ARTIFICIEL DANS LES TRAVAUX de BOSKO ATANACKOVIC

La double profession de Bosko ATANACK-OVIC a directement defini la forme et le sens de ces travaux plastiques. ATANACKOVIC, en effet, l’ingenieur des constructions mecanques entant qu’aero-eonstrcteur, il est en meme temps l’artiste-createur qui presente le monde des formes compleres, d’une facon articulee. 

Par une occasion, Bosko ATANACKOVIC a qualifie les elements qui entrent dans son propre principe esthetique et creatif: le module, l’enchaine-ment, l’arrangement et la composition des structures artisticorationnelles, definissent, en effet, la suite des idees ou les cadres sur laquelle se basent un monde inhabituel des formes elementaires des constructions complexes. L’origine de ces structures, c’est a noter de sa biographie, est double. Or, dances fondations se trouvent, en meme temps, une stricte exactitude des calculs et des formules mathematiques lesquels sont, parait-il, le resultat de la volonte extremement permis-sive et creative issue de la deuxieme (et/ou peut-etre de la premiere?) personne qui existe dans l’experience entiere d’ATANACKOVIC. La performance, dure et determinante, de l’intellect de cet ingenieur, vis-a vis de l’activite libre et imperturbable de l’esprit de l’rtiste – dans cette ambivalence, un art authentique a ete pro-cree, selon tant de proprietes, inhabituel et intrinseque dans l’art plastique, contemporain yougoslave. 

Dans la tradition de l’art pictural les abstrac-tions geometriques, dans “le constructivisme” et dans les pratiques des pionniers de ces grandes epoques creatives dans l’art du XX eme siecle, le principe unique s’est cristalise en montrant un des points finales – l’aboutissement – jusqu;au ou est arrivee, finalement, la pratique plastique apres son histoire longue. En effet, le principe fondamental du ” geometrisme et constructivisme” etait la reduction des formes complexes sur ses elements constitutifs, qui a fait ces debut energique par la poesie picturale de Sezanne et s’est termine avec des minimal struc-tures de judd. Cet arc a partir de cette modulation pic-turale des formes geometriques de base, desquelles tout le monde visible (naturellement celui micro-scopique) est compose jusqu’a le structuration analy-tique des rnodules primaires desquels un systeme grandiose des formes plastiques nouvelles a ete con-struit et dont le sommet occupe le phenomene de l’experiment artistique russe (sur la ligne Maljevic-Tatljin), – donc, cet arc englobe un svsteme des principes creatifs assurant, pratiquement, aux genera-tions futures d’artistes une source inepuisable, ou les postmodernistes diraient – l’archive de la regenera-tion d’imagination differante et l’energie nouvelle permettant la continuation dans ce domaine creatif. 

Comme nous avons vu, dans son cas, il s’agit de l’existance de deux sources d’activites creatives, se considerant en egalite, il n’est pas necessaire, car impossible aussi, de determiner la priorite – parce que ses travaux esthetiques (les dessins, les peintures, les constructions) certainement n’influencent pas sur des analyses mathematiques propres ni ala geometrie fonctionnelle, de meme, il ne serait pas possible d’ex-primer la confiramtion que le monde artificiel et plas-tique de ses formes bi – et tri-dimenionnelles est base sur ces disciplines exactes de la realite virtuelle. Donc, comme dans sess analyses d’ingenieurie i ne s’appui pas sur ses dessins artistiques et ses formes d’espace, ainsi il n’arrive pas jusqu’au ces travaux visuelles et creatives et utilisant la logique mathematique et les formules physiques. 

Et bien, ou est-elle trouvable la liaison entre ces deux mondes le plus part du temps totalement divises? 

Le mot qu’Atanackovic propose comme lien: algorythme. Sa signification est liee, d’un cote avec l;intelligence mathematique virtuelle qui montre de quelle fagon les operatons logiques se substituent par des chiffres et des methodes de calcul; de l’autre cote le proces de reflexion artificielle, plastique decouvre par quelle voie possible on peut arriver jusq’a la forme esthetique, en utilisant les memes principes de la logique algorythmique. Les reseaux de systemes obtenus par les calculs et les projets sont adequats aux tetraedres bidimensionnel (dessins et peintures) ou aux polvgones polyedriques spatiales (sculptures et constructions). Or, comme dans ce cas les principes mecaniques de construction d’ingenieurie, certaine-ment, n’ont pas pu provenir des mondes imiginaires de la creation artistique, par consequent, il n’existent ni la visualisation des formules mathematiques abstrites. 

L’esthetique ou l’organisation physiaque de son ouevre, pour Bosko Atanackovic represente evidem-ment deux cotes du meme et unique probleme: chercher le language necessaire (mathematique ou plastuque), lequel resoudra et/ou amenara jusqu’a le but desire. Dans un cas ce but est utile, dans autre il est absolument sans valeur et concerne uniquemenet la necessite de l’hedonisme spirituel de l’ateur et du spectateur. Dans le premier cas il est fonctionnel et directement se rapporte a la securite des nombreux (constructions d’avions), et dans l’autre il est destine absolument au besoin individuel (objet artistique). 

A la fin, citons une fois encore le meme Atanackovic: “Micro et macro cosmos sont le un”, ce que signifie, dans son cas, que de meme principe provienne son monde individuel et cubjectif des formes artificielles et aussi le monde general et uni-versel de la realite intellectuelle et virtuelle. Les formes de ses activites dans les deux cas (virtuel et artificiel) sont les preuves evidentes de cette unite. 

Jovan Despotovic 

Cité Internationale des Arts – la Salle 6, Paris, 1998